Sous les pavés la peur

Par trois fois vous aviez piétiné les pavés de la ville amoureuse

Aujourd’hui vos souliers fanatiques ont battu ses immenses rues

Vous avez chanté crié sifflé vos slogans acides votre haine incongrue

Des rumeurs jésuitiques et pieuses vous scandiez les prières venimeuses

Je vous ai vus de loin la mine hystérique de près les yeux creusés par la peur

Mornes et blafards vos os tremblaient de la menace invertie

Notre jardin d’Eden vous semblait un désert semé d’orties

Tendre Amour sodomite ternissant selon vous la pureté du cœur

Je sais de vos prières la sincère amnésie la naïve indulgence

Les bonnes intentions qui pavent le passage étroit vers votre rédemption

Je sais de vos églises le goût d’encens je sais le sens de la résurrection

Votre foi est aveugle et douce et belle imprégnée d’espérance

Je sais aussi le goût amer et cru de vos litanies froides sous les vitraux du ciel

L’air vicié la fumée noire qui s’échappent en volutes de vos psaumes anxiogènes

Ces cantiques extatiques ces cantiques ancestraux cantiques hallucinogènes

Vous déposez votre âme au seuil de vos Missels

 

Vos Dieux pleurent des larmes fictives aux reflets rouge sang

Entre leurs joues barbues ternes ridées un sourire jaune et morbide

Dans leurs mains de métal nos corps impies broyés nos verges flacides

Suppliciés mais vivants martyres iconoclastes pour vos cœurs impuissants

 

Crachez ! Crachez ! Crachez ! Crachez vos Évangiles et puis l’Apocalypse

Je crache sur vos craintes sur vos peurs apocryphes crache encore

Sur votre acharnement à détruire un vieux rêve qui vient juste d’éclore

Sur votre armée frigide de fantômes élastiques je crache tous mes vices

Sentez-vous sur vos crânes les frissons hérétiques et puis les cris de joie

Les ondes cahotiques les semences virtuelles de nos amours frénétiques

Le péché virtuose et lacté de nos corps excitant votre intime panique ?

Une auréole arc-en-ciel couronne le front pur de nos anges grivois

 ♦

Dans votre procession spectrale j’ai vu des cierges en farandole

Éclairant tristement d’une lueur cynique vacillante et grise

Les visages d’enfants tendres et poupons témoins de vos bêtises

Embryons chloroformés anesthésiés réfrigérés conservés au formol

Enfance piégée d’enfants leurres

Masques de combat posés sur vos peurs

Enfance blessée d’enfants soldats

Guerriers de plomb portés à bout de bras

Enfance violée d’enfants héros

Chair à canon jetée sous les gaz lacrymo

Enfance tuée d’enfants saints

Saints les enfants saints manipulés fantassins

Ah ! voyez vos Dieux solitaires et nus lâcher leur foudre de synthèse

De grâce retenez-les ! Oh ! Qu’avez-vous donc fait de leurs commandements ?

Vous les avez trahi, vous leur avez menti, nous sommes leurs enfants

Comme Abel et Caïn et du temple à l’autel la victime est mauvaise

Un seul et même sang pur et céleste circule en nos corps identiques

Vous êtes nos frères ! Nous sommes vos frères ! Vos enfants sont nos frères !

Tous les humains sont frères tous issus d’un unique et douloureux mystère

Nous menons sous les yeux de vos Dieux pervertis un combat pathétique

Alléluia ! Alléluia ! Feu de joie ! Le divin prisonnier demain est libéré

Et vos chants intégristes – brûlés ! Vos versets maléfiques – brûlés avec Satan !

Et vos peurs et vos haines brûlent et vos croix brûlent en nous voyant

Demain au crépuscule nous sortons l’enfant roi de sa cage éthérée

Ce privilège absurde de l’obscur tabernacle où vous invoquiez la Nature

Cet héritage en toc ce frêle otage en froc gardé de nos foyers

Nous voilà désormais le sceau de la Justice tatoué sur nos cœurs dévoyés

Réveillant l’ambition sans cesse renoncée pour subir l’imposture

La victoire est acquise à nous pauvres pêcheurs quand vous tristes fidèles

Pleurez à genoux votre Temple qui croule et s’effondre aux pavés de Paris

Où le combat s’arrête en collapsus un fracassant silence et l’Angélus où gronde l’hallali

Le cri d’or de l’Amour sur la Peur du Prochain c’est la voix d’Ézéchiel !

mai 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s