Ange nucléaire

Croupissant seul et nu, allongé dans la fange,
Tes ongles délicats qui mutilent ton torse,
Tu contemples, incrédule, le hasard du divorce
Que ton âme perverse inflige à ton corps d’ange.

Car tu t’es bien trahi, toi, lâche Cupidon,
Et tu comprends ton sort, tu vois ton désespoir,
Tu ressens désormais le vertige illusoire
Des amants qui se perdent dans la rébellion.

Convulsions saccadées qui tordent tes poumons,
Pris au piège du soufre et de l’acide, ils brûlent,
Dans tes yeux qui pâlissent, il faut avouer que nul
Ne saurait ignorer l’éclat noir du démon.

Vois tes membres brisés dans les lentes clonies
De tes petites ailes, bel oiseau de malheur,
Vois le feu nucléaire atomiser ton coeur,
C’est l’amour qui s’achève dans ta sourde agonie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s